Loïs et Clark : Plus qu'une amitié

Un lieu de rencontre pour les plus grands fans de la série et de ses 2 ou 3 héros que sont Loïs, Clark et Superman
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 les fantômes donc Halloween

Aller en bas 
AuteurMessage
Mélodie Fiacre

avatar

Nombre de messages : 992
Age : 35
Localisation : Hyperion Avenue
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: les fantômes donc Halloween   Ven 26 Oct - 18:23:11

Qu'est-ce qu'un FANTOME ?

Un fantôme est une créature surnaturelle, une vision que l'on a interprétée comme la manifestation de l'esprit d'un mort, qui serait resté prisonnier sur terre ou reviendrait de l'au-delà soit pour accomplir une vengeance, soit pour aider des proches ou pour errer éternellement sur Terre en punition de ses mauvaises actions passées. Les fantômes, dont le nom est à rapprocher étymologiquement de φάντασμα (fantasme), φάντασις (fantaisie) (respectivement « apparition » et « vision » en grec), sont également appelés spectres ou revenants, incubes ou succubes, ectoplasmes ou poltergeists. Les variations des appellations doivent se comprendre en fonction de l'évolution historique. En Europe, nous avons généralement une vision du fantôme comme créature immatérielle. Les étymologies proposées ci-dessus rendent bien compte de cette acception; mais cette dernière a elle-même une histoire dans laquelle le rôle de l'Eglise est fondamental. Il semble, d'aprés Claude Lecouteux que les fantômes à l'origine aient été des morts, si l'on peut dire, bien vivants; ils avaient une materialité indéniable : les sagas islandaises, avec leurs défunts qui reviennent pour faire un bon repas en sont un exemple; mais avec le temps et surtout le contrôle religieux la présence des morts devint insupportable ; l'invention du purgatoire avait d'ailleurs été un des moyens de les discipliner. Elle permettait d'assigner un lieu fixe à ces âmes errantes. C'est aussi pourquoi les revenants furent de plus en plus identifiés à des visions, des apparitions, et leur caractère matériel s'effaça peu à peu. Des théologiens comme Saint Augustin ont contribué à cette dématérialisation du fantôme, finalement assimilé à une illusion ; derrière, bien sur, il y avait l'intervention du Malin.
L'imaginaire commun dans toutes les cultures est peuplé de telles créatures surnaturelles, qui servent de matière à de très nombreuses fables et légendes. Le romantisme, puisant son inspiration au mystique et ténébreux Moyen Âge, a remis au goût du jour les histoires macabres ou fantastiques, et de nombreux grands auteurs ont laissé courir leur imagination sur le thème des fantômes et des revenants.


Les fantômes et les sciences

Les sciences en général ne reconnaissent pas l'existence des fantômes, faute de preuve convaincante, et ce malgré les tentatives de nombreux chercheurs en parapsychologie ou métapsychique. Ces derniers distinguent, d'une part, les apparitions d'ectoplasme, obtenues avec certains médiums spirites au début du XXe siècle (Eusépia Palladino, Douglas D. Home, Rudi Schneider, Franek Kluski) dont certains chercheurs sérieux (Charles Richet, Schrenk-Notzing, Gustave Geley, etc.) créditent la réalité des phénomènes dans les conditions d'observations de l'époque ; et, d'autre part, la hantise des fantômes, une sous-catégorie de hantise étant les poltergeists.
Cependant les techniques modernes d'investigation scientifique (comme les caméras à infra-rouge) semblent avoir quelque peu décimé ces ectoplasmes du début du XXe siècle. Eusapia Palladino fut par exemple prise en flagrant délit de fraude en ayant recours à des trucages à plusieurs reprises au cours de sa carrière.[1][2] Aujourd'hui la plupart des scientifiques qui s'intéressent à la question des apparitions sont très réservés quant à la réalité des phénomènes, sans pour autant nier la réalité psychique de l'apparition. L'étude des anomalies psychiques de ce genre permet aux psychologues, psychiatres et psychanalystes de mieux comprendre le fonctionnement de l'esprit humain, en ceci les manifestations surnaturelles sont précieuses à la science. On peut citer le cas des images eidétiques (des images d'un souvenir qui reviennent à la mémoire sous forme d'une hallucination), qui expliquent beaucoup des cas de visions hallucinatoires. Le trouble de paralysie du sommeil, dont un chercheur canadien affirme que 25% des gens en expérimentent un, au moins une fois dans leur vie,[3] peut également expliquer certaines visions.

ファイルの概要
Une femme fantôme fit son apparition hors d'un puit.
peinture de Katsushika Hokusai — Japon, période Edo.



En parapsychologie, on attribue le plus souvent la présence d'un fantôme à la violence avec laquelle la mort du revenant est survenue. Cette explication ne se fonde sur aucun constat scientifique même si plusieurs cas restent inexpliqués après investigations. On compte dans de nombreux pays des cas excluant tout artifice ou supercherie, avec comme témoins des personnes dignes de foi et assermentées comme des membres du corps de gendarmerie ou de services de secours. Toutefois, le sérieux d'une personne ou son titre professionnel n'est en rien une preuve de l'exactitude d'un phénomène: hallucinations, rêves éveillés ou désir d'attirer l'attention sont présents dans toutes les couches de la population. De fortes présomptions mènent à penser que les fantômes proviennent de l'inconscient collectif.

En psychologie, et plus exactement dans le domaine de la psychogénéalogie, le fantôme désigne un élément psychique resté secret dans la psyché et qui se transmet dans les générations successives sous forme de maux, de maladies ou d'accidents. C'est Nicolas Abraham, psychanalyste hongrois, qui en a introduit le concept dans son ouvrage en collaboration avec Maria Török, "L'écorce et le noyau"


Légendes de Fantômes


  • La dame blanche de l'Abbaye de Mortemer : Lisors, dans l'Eure est le village où a été construit l'abbaye de Mortemer, elle serait hantée par le fantôme de Mathilde, une dame blanche qui apparaitrait les nuits de pleine Lune. Une photographie prise un jour dans les ruines montrerait une silhouette fantomatique dans les ruines. Dans la croyance populaire, apercevoir la dame blanche au volant signifie que l'on aura un accident au prochain tournant.



  • Le château de Veauce : cette forteresse serait hantée par le fantôme de Lucie. D'après l'ancien propriétaire, elle avait rendez-vous avec lui toutes les nuits. Ce château de l'Allier gardera toujours ce mystère .


  • Saint-Benoist-sur-Mer : Ce petit village de Vendée serait visité toutes les nuits par le Cheval Mallet. Cheval malfaisant qui emporte vers l'au-delà les promeneurs attardés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metropolis-avenue.positifforum.com
Mélodie Fiacre

avatar

Nombre de messages : 992
Age : 35
Localisation : Hyperion Avenue
Date d'inscription : 22/10/2006

MessageSujet: Re: les fantômes donc Halloween   Ven 26 Oct - 18:25:42

HALLOWEEN

L'Halloween ou l'Hallowe'en est une fête qui se déroule dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Elle est fêtée principalement au Canada et aux États-Unis. La principale tradition veut que les enfants se déguisent avec des costumes qui font peur (squelettes, sorcières, monstres, etc.) et aillent sonner aux portes en demandant aux adultes, souvent eux aussi déguisés, des bonbons, des fruits ou de l'argent en disant, « Trick or treat ! » (« Des friandises ou un mauvais tour ! ») ou simplement «Halloween!». D'autres activités incluent des bals masqués, le visionnage de films d'horreur, la visite de maisons "hantées", etc.
Halloween tire une lointaine origine d'une fête païenne celte ("Samain") qui a perduré plus longtemps chez les Celtes d'Irlande et de Grande-Bretagne que sur le continent européen. Après avoir évolué suite à la christianisation des populations, cette tradition a été transportée en Amérique du Nord au XIXe siècle par les Irlandais, les Écossais et autres immigrants.
Le principal symbole d'Halloween est la citrouille, remplacée quelquefois par un potiron (Jack-o'-lantern en anglais) : on le découpe pour y dessiner, en creux, un visage, puis on place une bougie en son centre.


Son Origine :

L'Halloween est une fête traditionnelle celtique qui prend sa source dans une lointaine fête celtique : il y a 2000 ans, les Celtes fêtaient, pendant trois jours, le changement d'année – appelé Samonios en Gaule, Samain en Irlande – aux environs du 1er novembre. Importée, pour finir, sur le continent nord-américain par les immigrants catholiques irlandais – l'Irlande ayant été évangélisée très tardivement au VIe siècle, c'est le pays où la fête de Samain a subsisté le plus longtemps.
Son nom actuel est une altération de All Hallow's Eve, qui signifie littéralement : « la veille de la fête de tous les saints », c'est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussaint ("hallow" est une forme archaïque du mot anglais "holy" qui signifie : "saint").


Symboles :

Le principal symbole d'Halloween est la citrouille, remplacée quelquefois par un potiron (Jack-o'-lantern en anglais) : on le découpe pour y dessiner, en creux, un visage, puis on place une bougie en son centre. Même s'il y a une tradition des Îles Britanniques consistant à sculpter une lanterne à partir d'un rutabaga, d'un mangelwurzel ou d'un navet, la pratique fut associé à Halloween en Amérique du Nord, où la citrouille était plus large et plus facile à sculpter.
L'imagerie qui entoure Halloween est largement un amalgame de la saison d'Halloween elle-même (saison où la nuit atteint son maximum), d'un siècle ou presque de représentations artistiques (notamment dans les films américains), et une volonté mercantile de commercialiser ce qui a rapport au sombre et au mystérieux. Ceci implique généralement la mort, la magie ou des monstres mythiques. Les personnages couramment associés à Halloween sont les fantômes, les goules, les sorcières, les vampires, les chauves-souris, les hiboux, les corbeaux, les vautours, les maisons hantées, des personnages à tête de citrouille, les chats noirs, les araignées, les goblins, les zombis, les momies, les squelettes, les loup-garous et les démons. Surtout en Amérique du Nord, le symbolisme est inspiré par les classique du cinéma d'horreur, avec des personnages comme Dracula, le monstre de Frankenstein, le Loup-Garou et la momie. Les maisons sont souvent décorées avec ces symboles.
L'orange et le noir sont les couleurs traditionelles d'Halloween. Dans les produits et les images plus récentes, on retrouve aussi du mauve, du vert et du rouge. L'usage de ces couleurs est en partie du a leur usage dans les publicités ayant rapport à cette fête depuis plus d'un siècle.


En France :

Halloween est arrivé massivement en France dans les années 1997. Dès le début, certains Français critiquent Halloween considérant cette tradition récemment importée des États-Unis d'Amérique comme une « opération marketing ». Elle acquiert cependant un large soutien populaire, et les magasins se remplissent d'articles dédiés (costumes, citrouilles, bonbons). Depuis 2005, la fête semble moins pratiquée, et en 2006 le quotidien Le Parisien titre même « Halloween est Mort »[5]. Cet avis de décès est repris par une grande partie de la presse qui claironne qu'il ne s'agissait que d'un phénomène passager, ayant culminé vers 2000 et dont l'influence baisse constamment depuis. En 2006, à la veille de la fête d'Halloween, de nombreux médias font état d'une mort d'Halloween : « Halloween, in et out » (l'Express), « La citrouille a la pêche aux États-Unis, pas en Europe » (20 minutes), « La Toussaint a éclipsé Halloween » (Catholique.org), « Halloween boit le bouillon » (Libération). Toutefois, si ces annonces manquent de sources statistiques précises, les rayons des supermarchés français sont moins fournis en objets destinés aux célébrations d'Halloween. D'ailleurs tandis que les responsables catholiques se félicitent du succès des Holy wins, la fête concurrente (voir ci-après), une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC), commandée par la Chambre syndicale nationale des arts funéraires et datée de 2005, fait apparaître une récente augmentation du succès commercial de la fête de la Toussaint. En tout état de cause, au mois d'octobre, les confiseurs vendent leurs bonbons en indice 130 contre 100 les autres mois, ce qui démontre bien le succès de la fête, certes plus provincial que parisien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metropolis-avenue.positifforum.com
 
les fantômes donc Halloween
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deguisements halloween
» Soufflé aux fantômes
» boisson d'halloween
» Le dernier inédit de Fantômette : à la main verte
» VENTE VILLAGE LEMAX NOEL HALLOWEEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Loïs et Clark : Plus qu'une amitié :: Daily Planet :: Sujets abordés-
Sauter vers: